In Voyages on
15 novembre 2018

ROAD TRIP EN ISLANDE – SELJALANDSFOSS, SKOGAFOSS & VIK

Après le cercle d’or, notre deuxième journée en Islande a de nouveau été faite de beaucoup de route mais surtout de paysages extraordinaires. Nous avons parcouru plus de 200 kilomètres en voiture mais aussi beaucoup marché. Probablement une des journées les plus fatigantes de notre roadtrip. 

La journée a commencé très tôt avec un bon petit déjeuner de nouveau pris chez Brikk. Nous avons ensuite fait un dernier tour de la ville qui nous a accueilli les deux premières nuits, Hafnarfjordur.

Seljalandsfoss

Notre premier objectif de la journée, les chutes de Seljalandsfoss. Après deux bonnes heures de route, nous arrivons sur place. Haute de 65 mètres, la chute est très impressionnante. L’eau qui en découle provient de la fonte des glaces du volcan Eyjafjallajökull. Pas d’arc en ciel à notre arrivée, il était encore trop trop,  mais du vent. Beaucoup de vent. Après quelques photos nous partons de l’autre côté de la cascade. C’est magique de se retrouver derrière et si près de cette eau si puissante. Petit conseil : prenez un bon k-way , des bottes de pluie et un pantalon imperméable. Nous avons eu le malheur de nous retrouver derrière la cascade au moment où des rafales de vent se sont mises à souffler. Nous en sommes sortis trempés et nos vêtements et chaussures ont bien mis 3 jours à sécher.

Eyjafjallajökull

Sur la route de Skogafoss nous nous sommes arrêtés aux pieds, ou presque, d’un des volcans les plus célèbres au monde. Il avait paralysé le trafic aérien mondial en 2010 après son éruption. Au loin nous pouvions apercevoir son sommet glacé entouré de montagnes verdoyantes. L’herbe a repoussé tout autour et on a du mal à s’imaginer que cette petite montagne enneigée puisse faire d’aussi gros dégats.

Skogafoss

Fans de la série Viking, nous voulions voir cette cascade aperçu dans un des épisodes. 60 mètres de haut, 25 de large, il y a de quoi être impressionné quand on approche de la cascade. Nous sommes arrivés sous le soleil, un peu plus au sec, et un grand arc en ciel enjembant la petite rivière nous attendait. Il y a une randonnée à faire en partant de Skogafoss mais nous n’avions malheureusement pas le temps. Nous nous sommes arrêtés au petit village de Skógar où il y a deux musées à visiter. Nous nous sommes contentés d’une promenade dans un petit hameau reconstitué.

Solheimajökull

Sur la route, de loin, on aperçoit le parking. Le GPS nous indique que notre destination est plus loin mais dans le doute nous nous arrêtons. Nous avons bien fait car c’est bien ici qu’est notre point de départ. On est en plein milieu de l’après-midi, la lumière est belle mais il y a beaucoup de vent. Nous avançons péniblement, pendant 40 minutes. En dehors des touristes il n’y a rien autour de nous. Un désert. Puis tout à coup, derrière une butte, une carcasse d’avion. C’est assez surprenant de la voir là, seule au milieu de rien, sur ce sable noir. C’est une véritable attraction touristique. On escalade, on se fait des frayeurs et on observe cet avion qui s’est crashé là dans les années 70′ (sans faire de mort). On essaye de prendre quelques images avec le drône mais avec le monde on se dit que, si on a le temps, on reviendra demain (les 40 minutes aller et les 40 minutes retour à pieds nous ont finalement découragé). Si vous voulez faire de belles photos et profiter du lieu sans personne, je vous conseille d’arriver très tôt le matin ou après 17h, il y a bien moins de monde.

Dyrhólaey

Je voulais voir des macareux moines. Vous savez ces drôles d’oiseaux avec un gros bec coloré. Ils sont visibles entre mai et août. Nous sommes arrivés fin août et malheureusement, ils n’étaient plus sur terre mais déjà en mer. Enfin nous en avons aperçu un, caché dans des hautes herbes. Le temps d’essayer de faire une photo qu’il s’envolait. C’est ma petite déception du séjour. Ne pas réussir à en voir de près et de les photographier. Mais la vue est sublime depuis la péninsule de Dyrhólaey. Si vous prenez la route circulaire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, il faudra bifurquer sur la droite, en direction de l’océan. Au loin on, sur la plage de Reynisfjara, on aperçoit Reynisdrangar. Ces colonnes de basalte qui jaillissent de la mer. 

Reynisfjara

En arrivant nous faisons face à un énorme orgue basaltique. Les gens l’escaladent pour se faire photographier, ce que nous faisons aussi. Nous sommes faces aux colonnes de basalte que nous avions vu de loin quelques minutes plus tôt. Nous nous rendons également compte, surtout moi après une chute bien ridicule, que les grains de sable sont en fait de petits cailloux.

Vik í Mýrdal

Ce village de 270 habitants est un point de ravitaillement pour tous les roadtripers (comme un peu tous les villages que vous pourrez croiser au final). Nous y sommes passés très rapidement. Le temps de monter voir l’église du village nichée au dessus du reste du village. Sur la route, du retour, nous nous y arrêtons un peu plus longuement pour admirer les chevaux islandais. De vraies merveilles. En dehors de sa plage, Vik n’a rien de vraiment attractif mais les alentours valent le coup.

C’est ici que s’achève notre deuxième journée de roadtrip. Nous avons choisi de dormir sous la tente cette nuit là. Ce sera la seule fois (nous avons ensuite préféré la voiture) en raison des nuits bien trop froides. Pour dormir nous avons pris une place dans un des campings du coin. Je vous expliquerai tout ça en détails dans un prochain article.

Previous Post Next Post

1 Comment

  • Cosmic Sam

    C’est magnifique! Je rêve de visiter l’Islande

    15 novembre 2018 at 13 h 26 min Reply
  • Leave a Reply

    You may also like