ET SI C’ÉTAIT LE DESTIN ?

Je ne crois pas au destin. Du moins au sens spirituel ou religieux de la chose. Je dis « C’est le destin » comme je dirai « C’est la vie, on n’y peut rien ». Ou encore qu’on provoque son destin. On agi en fonction des buts qu’on souhaite atteindre. Pourtant il y a parfois des choses qui me font penser qu’il y a quelque chose, je ne sais pas quoi, qui pousse à croire à un destin précis. Pas au point de me dire « C’était écrit » mais presque. Dans le positif comme dans le négatif. J’ai eu des fois l’impression que le sort s’acharnait mais qu’il était suivi de belles choses.

 

Voilà comment je commence cet article un peu cucul la praline et plutôt personnel sur le destin. Sur ce que je crois être un peu le destin. Il y a des gens que j’ai rencontré par hasard, par une passion commune qui sont rentrés dans ma vie pour de bon. D’autres qui en sont sortis à cause du temps qui passe, de la distance etc. Et il y a l’amoureux. Lui. Notre histoire n’a pas commencé de la façon la plus romantique possible et si je ne m’étais pas dit « après tout c’est peut-être le destin » nous ne serions sûrement pas ensemble aujourd’hui. Oui parce que j’ai voulu croire au destin. Je ne dirai pas que cette rencontre était écrite mais il y a bien quelque chose de mystérieux dans celle-ci. D’abord parce que j’ai rencontré l’amoureux dans un moment de ma vie où je n’étais pas forcément au top mentalement. J’avais eu une fin d’année assez noire et que je n’arrivais pas forcément à positiver. J’étais un peu perdue ou plutôt déboussolée. Ensuite parce que, premier coup du destin, on se croisait régulièrement sur le quai quand je rentre du travail. Pas comme dans les films mais on s’est croisé plusieurs fois avant de se « donner rendez-vous » pour faire le chemin ensemble. Deuxième coup du destin, nous avons une connaissance en commun. Une connaissance que je n’avais pas vu depuis près de 15 ans et que je croise là où il travaille. Quand même je veux bien que Paris soit petite mais pas tant que ça! Et le pour finir, il habitait au dessus du garage de mon grand-père dans un immeuble qu’il possédait dans les années 50. Si c’est pas fou ça?! Alors prenez moi pour une folle, mais il y a bien quelque chose là-dessous. Je ne vois pas cette rencontre et cette histoire comme un « C’est la vie, c’est fou ». Je vois ça comme quelque chose de plus sacré si on peut dire ça. J’ai déjà pensé « C’est le destin » pour des situations bien différentes. Mais pour une fois, j’y crois. C’est une rencontre particulière et il ne me semble pas que ce soit le genre de rencontre que l’on vit plus d’une fois.

 

Et voilà maintenant 1 an et 8 mois que nous nous sommes rencontrés, 5 mois que nous habitons ensemble et un an tout pile que nous sommes ensemble. Et je ne le remercierai jamais assez d’être là pour moi même dans les moments où je suis la fille la plus chiante du monde. C’est à dire assez souvent. Alors joyeux un an l’amoureux 

 

PS: Tu vois que je parle de toi :p
PS2: C’est en partie en raison de cet article que je n’ai rien publié lundi. Bon aussi parce que je suis à la bourre dans mes photos, vous ne m’en voudrez pas?

You may also like

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *