In Lifestyle on
1 décembre 2016

CETTE ANNÉE… J’AI LU

Hello! L’année touchant presque à sa fin (et oui déjà!!!) j’ai décidé de consacrer une série d’articles sur ce que j’ai aimé ou moins en 2016. Je commence cette série par un “cette année j’ai lu” qui compile tout – ou presque – ce que j’ai lu durant l’année. J’aime lire. C’est un fait. Mais je trouve rarement le temps et je ne suis pas spécialement fan de la lecture avant de dormir. En fait lire à la maison en général j’ai du mal. Je suis vite déconcentrée par autre chose. Mais cette année, j’ai décidé de me rattraper et de lire un peu plus que ces deux dernières années. Et le temps je l’ai trouvé dans les transports, les matins en attendant le tram, parfois en faisant la queue etc. Voici un petit récapitulatif de ce que j’ai lu/que je suis en train de lire en 2016, des oeuvres autobiographiques car il n’y a pour moi, rien de plus vrai et de passionnant.

Maya Angelou, Lady B
Récap’

Maya A
ngelou n’en est pas à sa première autobiographie. Ici elle se concentre sur sa relation avec sa mère. Elevée par sa grand-mère jusqu’à son adolescence, Maya doit tout reconstruire avec sa mère qu’elle n’a pas revue depuis des années. Comment tisser des liens et appeler “maman” une femme qui ne l’a pas vu grandir ?

Mon avis
Je crois qu’avec Lady B j’ai lu tous les volumes de l’autobiographie de Maya Angelou (que 4/6 ont été traduits actuellement) et je suis toujours très facilement emportée par ses récits. Cette femme a eu mille vies. C’est encore l’impression que j’ai eu ici. Quoique ce récit était différent des autres. Une jolie histoire d’amour ou plutôt la naissance de l’amour entre une mère et une fille qui apprennent à se découvrir. Je n’ai pas pu m’empêcher de verser ma petite larme par moment. Ça m’a rappelé à de nombreuses reprises tout l’amour que j’ai pour ma maman.

Ernest Hemingway, Paris est une fête
Récap’
Paris, les années 20. Hemingway est alors un jeune journaliste qui décide de vivre de son écriture. Avec sa femme ils vivent d’amour et d’eau fraiche dans cette jolie capitale. Paris est au centre du récit. Les rencontres se font en son coeur.

Mon avis
Je l’ai pris dans ma valise pour le lire au bord de la piscine cet été. Alors comment vous dire que ça n’a pas été évident… Tellement peu évident que je suis encore en cours de lecture (j’ai tendance à lire plusieurs livres en même temps, c’est un gros défaut). Moi qui adore Paris je n’ai pas complètement été emportée par ce récit. Certains passages m’ont paru longs et ennuyeux parfois. C’est une ville idyllique qui y est décrite et c’est apaisant mais ce n’est pas le type d’écriture qui me passionne. Mais je me donne pour mission de le finir avant le 31 décembre! Disons que je lui laisse sa chance (c’est bien parce que ça parle de Paris).

Frederick Douglass, Mémoire d’un esclave
Récap’
Frederick Douglass était esclave dans les plantations du sud des États-Unis dans les années 1800′. Il raconte dans un récit écrit en 1845 sa vie d’esclave, son évasion et les conditions de vie des noirs durant l’esclavage. L’écriture et la lecture ayant été pour lui, une arme pour acquérir sa liberté.

Mon avis
Depuis mes études en langues, littérature et civilisations étrangères je suis passionnées par l’Histoire américaine. Une Histoire récente mais pleine de complexités. C’est le deuxième récit d’esclave libre que je lis et je reste bouleversée et stupéfaite de la force et de l’humanité de ces hommes et femmes. Comment ne pas perdre la tête en étant traité ainsi ? Comment garder espoir dans une situation qui semble ne pas avoir de fin ?

Betty Autier, Betty
Récap’
Betty Auttier est une blogueuse, modeuse connue et reconnue grâce à son blog, le blog de Betty. Dans sa première autobiographie elle raconte son parcours, sa passion pour son métier, les hauts et parfois les bas qu’apportent la célébrité.

Mon avis
Betty est exemple de réussite dans l’univers du blogging. Partie de rien elle a su construire sa marque, se démarquer des autres blogueuses et réaliser ses rêves. Le livre se lit vraiment très facilement et les photos le rendent encore plus attractif (qui n’aime pas les images dans un livre ?). Je crois que je n’ai jamais dévoré un livre aussi rapidement que celui de Betty.

Alysia Abbott, Fairyland
Récap’
Fairyland raconte l’histoire d’un père homosexuel élevant seul sa fille à San Francisco dans les années 70 et 80 au moment où le Sida fait son apparition. Alysia ne comprend pas toujours le style de vie de son père, poète et dans son monde. Elle a du mal à s’intégrer. Grâce aux journaux intimes de son père et de ses propres souvenirs et ceux de sa famille, Alysia Abbott se souvient de son père et sa lutte engagée.

Mon avis
C’est un des derniers livres que je lirai cette année (si ce n’est le dernier). Dès le début j’ai accroché à l’histoire. J’ai eu un peu peur des 400 pages ++ mais elles filent à une vitesse! Le livre est tellement bien écrit, fluide, j’ai du mal à m’arrêter quand je reprends la lecture. S’en est parfois frustrant. C’est une nouvelle fois un livre plein d’amour. On ressent tout l’amour qui lie ce père, Steve Abbott, et sa fille. Leur relation fusionnelle est extrêmement bien décrite et les photos et dessins qui parcourent le livre donnent l’impression de les connaître. Il est impossible de ne pas aimer ce livre.

Previous Post Next Post

1 Comment

  • Madagascarian

    coucou ! j’adore cette revue, le libre de Betty me donne vraiment envie surtout que ça parle d’une blogueuse ! merci pour ce partage ! des bisous Xx

    1 décembre 2016 at 9 h 09 min Reply
  • Leave a Reply

    You may also like